Colloque ACFAS

Le CRITIC au 91e congrès de l’ACFAS

Colloque : POLITIQUE DES COMMUNS, AVENUE DE RECHERCHE ET PROJETS DE SOCIÉTÉ

DÉTAILS SUR LE COLLOQUE : Politique des communs, avenues de recherche et projets de société

Ce colloque se tiendra le 14 mai 2024 dans le cadre du 91e Congrès annuel de l’ACFAS à l’Université d’Ottawa. Nous travaillons également à la mise en place d’une seconde journée sur le site de l’Université Saint-Paul (Ottawa) le 15 mai 2024.

DATE LIMITE POUR L’APPEL À PROPOSITION : le 24 JANVIER 2024, 23h59.

DÉTAILS DE L’APPEL À PROPOSITION

Politique des communs : avenues de recherche et projets de société

Dans le cadre du Congrès de l’ACFAS, nous cherchons à recevoir des propositions qui spécifient le type d’approche des communs mobilisée tout en tentant de la situer par rapport à d’autres approches des communs qui semblent soit quelque peu distinctes, soit carrément contradictoires. Bien que nous soyons ouverts à recevoir des propositions sur tout thème en lien avec les communs, nous suggérons quelques thématiques sur lesquelles peuvent porter les propositions. Ces thématiques ne constituent pas des axes du colloque, mais simplement des idées pour inspirer les propositions : 

  • La/le politique et les communs
    • Un projet politique d’une société des communs ? Comment articuler les communs en un véritable projet de société qui dépasse les cas isolés ? 
  • Recherche et communs
    • Quels débats théoriques et conceptuels structurent le champ d’étude des communs et comment y voir plus clair ? 
    • Quelles relations entre la recherche, les chercheur·euse·s et les practicien·ne·s commoners ?
  • Mode de gouvernance et communs
    • Comment les cas d’études qui montrent la grande diversité des communs (culturels, urbains, matériels, immatériels, de travail, sociaux, etc.) dans des milieux et espaces multiformes peuvent-ils nous informer sur les grands débats et enjeux sur la gestion collective qui caractérise les communs ?
  • Care, pouvoir et commoning
    • Comment faire commun ?
    • Comment penser différentes éthiques et relations aux mondes et à autrui ancrés sur les communs ?
    • Comment comprendre les relations de pouvoir derrière les enjeux de race, genre, sexualité et classe dans les communs ?
  • L’État et les communs
    • Quels types de relations les communs entretiennent-ils et devraient-ils entretenir avec les différents paliers de gouvernement (État national, provinces/États subnationaux, municipalités) ?
    • Études de cas de partenariats public-communs et tensions dans certaines villes. Exemples : Barcelone, Bologne, Grenoble, Naples, Montréal, etc. 
  • Communs et mouvements sociaux
    • Comment les mouvements sociaux mobilisent-ils le terme ? Quels usages en font-ils ? 
  • Communs et économie sociale et solidaire
    • Comment penser la relation entre des formes économiques alternatives comme l’ESS et l’autogestion et les communs ? 
  • Commun et écologie
    • Comment penser les transformations/transitions socio-écologiques à partir des différentes approches des communs ? 

Consignes pour la soumission des résumés de communication 

Nous attendons des résumés avec les informations suivantes :

  • Auteur·trice·s : nom, prénom, statut/affiliation institutionnelle
  • Coordonnées : adresse courriel, nº de téléphone
  • Courte biographie de 200 mots maximum
  • Résumé de 250 mots maximum
  • Modalité de participation : nous privilégions fortement le présentiel, mais pourrons faire quelques exceptions au besoin

Date limite pour soumettre les résumés : Mercredi, 24 janvier 2024.

La date prévue du colloque #445 sera le mardi 14 et potentiellement le 15 mai 2024.

Les résumés doivent être envoyés au courriel suivant : info@critic-communs.ca 

Une publication est envisagée sous forme de livre édité.

Si votre résumé est accepté, vous aurez à vous inscrire à la plate-forme de l’ACFAS. À moins d’avis contraire ultérieurs, le CRITIC ne pourra malheureusement pas assumer les frais d’inscription, de déplacement, de participation ou d’hébergement liés au colloque.

EXPLICATIONS ET MISE EN CONTEXTE

« Les communs sont partout ! » observaient déjà plusieurs auteurs et autrices au tournant du 21ᵉ siècle (Dardot et Laval, 2014; Federici, 2019). Le constat de l’utilisation du terme « communs » dans divers contextes, allant de la guerre de l’eau à Cochabamba au mouvement altermondialiste, ainsi que lors d’occupations de places comme à Wall Street et à Ghezi à Istanbul, a suscité l’intérêt de la recherche sur ce thème. Il y a déjà plus d’une décennie, George Caffentzis (2012) recensait des milliers de publications sur les communs et cette littérature n’a fait qu’augmenter de manière exponentielle depuis. Parmi ces travaux, nous retrouvons différentes compréhensions et définitions des communs, qui se revendiquent souvent de traditions théoriques fort distinctes, menant parfois à des analyses contradictoires du même phénomène. De plus, différentes organisations font usage du terme dans des contextes qui en déforment passablement le sens, comme lorsque la Banque mondiale expulse des peuples traditionnels de leurs territoires au nom du « patrimoine commun de l’humanité » (Federici, 2019). Dans ce contexte, il devient de plus en plus pressant de prendre la mesure de ces enjeux et de cartographier les différentes approches des communs pour tenter d’y voir plus clair, notamment par rapport à certaines thématiques que ce colloque entend prioriser.  

Selon la définition proposée par le Collectif de recherche sur les initiatives, transformations et institutions des communs (CRITIC) qui organise ce colloque, les communs sont des ensembles de pratiques sociales ancrés dans des collectivités autodéterminées et des formes de communalisation. Ils répondent à différents besoins et aspirations à travers des valeurs de partage, de soin, de participation, d’inclusion, de soutenabilité et de convivialité. Promouvant le droit d’usage et le devoir de responsabilité, les communs préfigurent une alternative à la propriété privée et constituent un processus d’apprentissage collectif.

Cette définition affiche une volonté explicite de situer les communs dans un contexte socio-historique, politique et économique plus large que simplement des études de cas, afin de les comprendre dans leurs dynamiques relationnelles avec les systèmes économiques et les normativités politique, sociale et culturelle dans lesquelles ils s’insèrent. Or, les travaux portant sur les communs n’ont pas tous cette même ambition. Certains se concentrent davantage, voire exclusivement, sur le mode de gouvernance, d’autres sur les aspects juridiques ou de propriété, d’autres encore sur la dimension relationnelle.

À propos du CRITIC: Le CRITIC est un collectif au croisement de la recherche et de la pratique. Il documente les initiatives qui favorisent la mise à l’échelle des communs, notamment à travers des partenariats public-communs (PPC), dans une perspective de transformation sociale. Il s’inspire des pratiques tant à l’échelle locale qu’internationale, et développe des liens avec les acteurs impliqués dans le milieu des communs et au sein des institutions municipales. Ce faisant, le CRITIC souhaite, d’une part, contribuer à l’avancement des connaissances critiques sur les approches des communs et, d’autre part, proposer des outils qui serviront les citoyen·ne·s, les organisations collectives et les institutions municipales pour faciliter l’émergence et l’opérationnalisation des PPC.

La date prévue du colloque #445 sera le mardi 14 et potentiellement le 15 mai 2024. Plus de détails suivront.